Les vitrines.

Chico Buarque de Hollanda

 

Traduction libre par HMdO

 

Je vois que tu y disparaître
Je t'ai déjà dit que la ville était si étalée
            – Donne-moi ta main

– Regarde-moi

– À défaut de le faire

– N´y va pas

 

Des panneaux éclairés à te rendre colorée

font brouiller dans mon régard
Je t´ai vu soupirer de chagrin

et te déconnecter, lâche de rire...

 

Je te vois déjà à jouer

en profitant d'y être

Ton ombre à se multiplier

Dans tes yeux je peux aussi percevoir

les vitrines qui te voient en marchant

 

Dans la galerie

chaque flash

 

C´est comme une journée après une autre [journée]

À l´heure d'ouverture du magasin

Tu te promenes en exhibition

Tu te promenes sans remarquer ton veilleur de nuit
tout en ramassant autant de poèsie

que tu déverses sur le troittoir ...

 

http://letras.terra.com.br/chico-buarque/45109/