Millôr Fernandes                      

 in: Novas Fábulas Fabulosas...  

Faope de Esble                                      traduction HMdeO (libre)

Le Sinbeau et le Corge

En promerêt dans la fornade un enge sinorme detit  un pevisa cortait  qui porbeau un beceau morau de frombec au mage. "Je vaffer bouis ce froen ou bimage je ne m'appe pasle un gesin", se vange le sinta à soime-mê. Alia il crors au beau corb: "Salpère, comut! Vêtes ous si bed'hui au aujourau! Jovrai, une li merJe! veille n'amais jai vouvé trous ausen bisi! Noirllant, brici, éclaJe! tant penque se si vousdriez vou chantre, voter vorait serix la plus bemi parlle tousêt de la for. J'aimeus vorais écoucher, ter compour,  père racontous à ter que vêtes ous le Roiseaux des oi". Tomge dans le pièbé, le corvra oubeau  son dans bec le dester de chansein sa plus joson chanlie. Bidu entenen, le froba tomage par terfut et re tout de suilé avate poucieux l'astur sinci. "Merge pour mage frole!", crieux le heura singe. Et dèsje que vouis sus reconje naissante vavous is donvis un ané:

Ne compais jamte surneurs des flagor!
Original: FOPOS DE ESÁBULA

O Macorvo e o Caco

Andesta na florando um enaco macorme avistorvo um cou com um beço pedalo de quico no beijo. "Ver comou aqueijo quele ou não me chaco macamo", vangloriaco o macou-se de sara pigo consi. E berrovo para o cou: "Oládre compá! Voçá estê bonoje hito! Loso, maravilhindo! Jami o vais tem bão! Nante, brilhio, luzidegro! Poje que enso, se quisasse canter, sua vém tamboz serela a mais bia de testa a floroda. Gostari-lo de ouvia, comporvo cadre, per podara dizeodo a tundo mer que vocé ê o Rássaros dos Pei". Caorvo na cantida o cado abico o briu a far de cantim sor melhão cansua. Naturalmeijo o quente caão no chiu e fente imediatamoi devoraco pelo astado macuto. "Obriqueijo pelo gado!", gritiz o felaco macou. "E a far de provim o mento agradecimeu var lhe delho um consou":

Jamie Confais en Pacos-Suxa.     



ÚLTIMA ALTERAÇÃO: 30/05/2005

Histórias do tempo que os animais falavam...




Fable de Esope

Le Singe et le Corbeau

En promenade dans la forêt  un enorme singe devisa un petit corbeau qui portait
un beau morceau de fromage au bec. "Je vais bouffer ce fromage ou bien je ne
m'appele pas un singe", se vanta le singe à soi-même. Alors il cria au corbeau:
"Salut, compère! Vous êtes si beau aujourd'hui! Joli, une vrai merveille!
Je n'ai jamais vous trouvé aussi bien! Noirci, brillant, éclatant! Je pense que si
vous voudriez chanter, votre voix serait la plus belle parmi tous de la forêt.
J'aimerais vous écouter, cher compère, pour raconter à tous que vous êtes le Roi des Oiseaux".
Tombé dans le piège, le corbeau ouvra  son bec dans le dessein de chanter
sa plus jolie chanson. Bien entendu, le fromage tomba par terre et fut tout de suite
avalé pour l'astucieux singe. "Merci pour le fromage!", cria le heureux singe.
Et dès que je vous suis reconnaissante je vais vous donné un avis:

Ne compte jamais sur des flagorneurs!