O tristis, tristis est anima mea
Paulus Verlaine.
(accommodatae: H.M. de Oliveira)

O tristis, tristis est anima mea
quia de femina.

nullum est mihi solatium
quamvis cor meum exivit,

et si cor tametsi animus
diffugiebat ex hoc mulieris.

ego sine consolatione;
cum cor meum mœrens.

Cor meum et cor meum molliores
dic animæ meæ: si fieri potest,

Est possibile - et sic erat
hoc superbi exsilium, hunc exilii tristis?

dixit cor meum: scio,
me, nos volo hoc captionem.

præsens esse et in exsilium
quamvis procul?

O tristis, tristis est anima mea
quia de femina.

Ô triste, triste Était mon âme
Paul Verlaine

Ô triste, triste Était mon âme
A cause, à cause dŽune femme.

Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur sŽen soit allé,

Bien que mon cœur, bien que mon âme
Eussent fui loin de cette femme.

Je ne me suis pas consolé,
Bien que mon cœur sŽen soit allé.

Et mon cœur, mon cœur trop sensible
Dit à mon âme : Est-il possible,

Est-il possible, - le fût-il,
Ce fier exil, ce triste exil?

Mon âme dit à mon cœur : Sais-je,
Moi-même, que nous veut ce piège

DŽêtre présents bien quŽexilés
Encore que loin en allés?

Ô triste, triste Était mon âme
À cause, à cause dŽune femme